La Mouchette
Cours de danses, enfants et adultes Flamenco Bollywood

La Mouchette, école de danse à Sarlat (24), est à votre service.

La Mouchette

Définition (n. f.) : Petite bestiole têtue qui chemine antennes au vent.

Historique de la mouchette, histoires de Sophie :

Une petite histoire toute simple qui très vite devint roman et dont le personnage principal est une petite fille déjà bien grande lorsqu’elle atterrit sur les rives de la Dordogne.

La donzelle fait ses premiers pas en plein cœur du pays Vaudou au son des tam tam et sous le regard bienveillant des sorciers de village. Arrivés en France, ses pauvres pieds habitués aux sables du Golfe du Bénin se trouvent beaucoup trop serrés dans leurs demi pointes roses. Les chaussons de modern’jazz l’ennuient et les petons fatigués traversent la Manche pour s’installer à Liverpool où les mélodies tantôt joyeuses, tantôt mélancoliques des Irlandais les laissent virevolter à leur aise. Que de rythme chez ces Irlandais aux légendes semées de pixies farceurs !

Mais c’est les pieds nus à nouveau que la jeune fille se perd alors avec délices dans les soieries des danseuses de Kuchi Pudi, danse classique indienne de l’Andhra Pradesh.

L’Inde est le chaînon manquant qui l’attendait.

Sophie y retrouve ce subtil mélange entre beauté instinctive, chaleur des rythmes et raffinement des sens. L’inde, un pays incroyable et insensé, révèle peu à peu certains de ses mystères à travers l’histoire d’un de ses peuples lui aussi sans cesse en devenir. Et c’est donc à l’envers que Sophie, peintre de formation, reprend dans son propre cheminement le périple des gitans, transhumance incertaine et lointaine.

presentation1
presentation2
presentation3
presentation4

Le contact avec le Flamenco est établi.

Occident et Orient, culture Scandinave, Perse, Arabe, Indienne et même Cinghalaise, racine là-bas et avenir ici, traditions enfouies et modernisme débridé…

Les limites d’une forme artistique à une autre sont souvent bien ténues et Sophie ne sait plus si elle danse ses portraits de femmes aux costumes invraisemblables ou si elle peint les chorégraphies inspirées par des danseuses extatiques et charismatiques, des danseuses affranchies de toute notion de mode, de commerce, de bienséance…

Après des contorsions de plus en plus inattendues, histoire des arts picturaux et histoire des danses se rejoignent enfin dans l’univers poétique de Sophie, non sans avoir parcouru des milliers de kilomètres dans un sens et puis dans l’autre pour repartir, découvrir, tomber, se relever, aimer, faire quelques enfants, revenir et refaire sa valise

…en dansant je vous prie !

presentation22
presentation23
presentation25

La création, heureusement n’a ni frontière ni limite et s’épanouit aussi bien sous les neiges de Stockholm que sur les hautes façades des maison yéménites. Le bonheur de danser reste intact chez le rappeur de Harlem comme chez la petite vendeuse de perles de verre sur un trottoir de Madras (Chennai), véritable descendante de ces gitans venus du Nord, ces gitans à peine tolérés mais gardiens d’une énergie du mouvement encore intacte dans notre siècle.

La Mouchette, c’est une petite parcelle de tout cela. Une volonté de créer ensembles, un besoin de dire une histoire d’humains un peu indisciplinés car incapables de marcher droit sur le sentier car comment marcher vivant sans chanter et se déhancher ?

Et pourquoi marcher droit quand le cœur palpite de 1000 rythmes venus de mémoires oubliées ? Pourquoi s’enfermer dans le rectiligne lorsque les doigts claquent leur joie de voir tant de soleils se lever? Pourquoi une vie tirée au cordeau quand les pieds retrouvent leur fonction première : porter le vivant et le faire bouger ?

Une idée peut-être idéaliste, voire naïve, d’accueillir toute forme de créativité pourvu qu’elle soit sincère… C’est aussi ça la Mouchette.

presentation28
presentation29
presentation30

Ici chacun, chacune est accueilli avec ses possibilités, ses désirs mais aussi ses faiblesses, ses cassures. Quand la volonté de créer ensembles est puissante, la plus humble des danseuses devient une artiste hors du commun. NOTRE BUT est de permettre véritablement à TOUS de s’épanouir à travers l’échange et l’imagination, de démystifier l’accès à la danse, de découvrir les possibilités extraordinaires du corps humain et de donner vie à des instants de beauté éphémère.

La formation officielle de SOPHIE

Diplômée de l’école des beaux arts d’Utrecht, Sophie a suivi le cursus de plusieurs écoles d’art, en particulier celui de la Polytechnic of art and design de Liverpool et celui de la Kunst Akademi de Enschede aux Pays-Bas.

En parallèle de ses expositions (Europe, Asie), elle crée des ateliers d’artistes ainsi qu’une petite école d’art bilingue, tout en poursuivant ses recherches d’histoire de l’art à l’université (migration des motifs entre monde Arabe, Perse et Indien).

La danse n’est jamais loin, le besoin de sortir de l’atelier et d’être entourée de vrais vivants et pas uniquement de portraits silencieux est impérieux et le rythme des palmas, la grâce des fleurs de lotus s’imposent entre deux déménagements, entre deux continents, entre trois enfants.

presentation5
presentation6
presentation7
presentation8

Joefina Hidalgo, Felipe Mato, Lourdes Reccio, la Pinona, Lydia Valle ne sont que quelques uns des artistes qui vont éveiller Sophie au Flamenco tandis que l’Inde, après lui avoir entrouvert les portes de ses folies en 1988, l’accueille chaque année pour de nouvelles formations, de nouvelles rencontres, de nouvelles créations avec des professeurs de toutes sortes, reconnus ou non, jeunes ou sans âge.

En digne arrière petite fille d’un gitan oublié sur les marches d’une église, « le » fameux Joseph joueur de mandoline, Sophie trouve son équilibre entre Inde et Espagne, entre le commencement sur cette autre terre de souvenirs et l’aboutissement d’une culture plus ancienne que la mémoire.

Tout ceci pour vous expliquer pourquoi vous trouverez ici pêle-mêle des photos d’éléphants et de chevaux, de danseuse de Bharatanatyam et de musiciens du conservatoire de la Dordogne, de gastronomes déjantés et de photographes resquilleurs, d’artistes de tout poil, de récalcitrants, de râleurs, d’anti-routine et de boute-en-train, de poètes analphabètes et de nomades excités, de balayeurs de clichés et même de vaches volantes …et bien sûr des enfants un peu partout !

Bon allez, on vous attend…
Bisette.