Dans la nuit de Brahma, alors que l’univers était non créé, la matière était immobile.
Brahma la réveilla et elle se mit à palpiter.
Brahma entra dans la matière pour lui donner le mouvement, le rythme, le temps, l’espace et la cause.
Tout être qui se meut représente une puissance et cette puissance dirige toutes les activités de la vie.
L’homme danse et ainsi il se déifie et adore sa propre projection sur l’Infini.
Chaque acte est une danse qui contient un rythme dont le battement est en harmonie avec ceux de
l’existence.
Les anciens rishis voyaient dans la danse l’union de l’âme avec le divin.
La danse primitive était alors une opération magique, une répétition éternelle de vie et de mort dans
laquelle l’homme, ne trouvant pas de mots en accord avec sa crainte et sa dévotion, priait en dansant .
C’est en l’honneur du dieu de la mort et de la résurrection que la danse sacrée indienne fut élaborée,
imitant la danse du NATARAJA, le danseur cosmique créateur de rythme : SHIVA.


Sophie Girard